• Tsukasa Hojo et City Hunter

    En toute logique, j'aurais du commencer ma rubrique BD/Mangas par cet article ci.. Seulement voilà, je sais qu'il va me demander du temps, et je n'en avais point trouvé jusqu'à présent. Mais voilà, c'est chose faite, alors je me lance.

    Bon il est clair que je ne vais pas résumer toute l'oeuvre de Tsukasa Hojo dans un seul article, ce serait le désservir grandement que de le limiter à quelques lignes. Alors pour commencer, je vais vous parler de mon manga préféré. Qui, bien entendu, a été dessiné, conçu, scénarisé par sieur Tsukasa Hôjô.

    City Hunter, plus connu en France sous le (pathétique) nom de "Niky Larson", je l'ai découvert comme beaucoup de monde : au Club Dorothée. (oui je sais, on prend un coup de vieux..) Tout de suite, moi j'ai été fan de ce grand gaillard sans peur et sans reproches, et de sa coéquipière avec peur et reproches mais aussi ses massues et diverses attaques spéciales! Longtemps je suis restée avec les noms et l'humour de Niky Larson. Et puis un jour, j'ai découvert que cet anime venait d'un manga. Et puis j'ai lu les premiers tomes, et j'étais fan. Mais c'est le volume 14 qui a été la révélation.
    A partir de là, oublié les noms Niky et Laura, bienvenu à Ryo et Kaori!! Oublié l'humour plat de l'anime du à une censure abominable sur les blagues! Bienvenu humour osé et pourtant pas lourd du tout!!
    Parce que le véritable esprit de City Hunter, c'est autrement plus mature que Niky Larson, et ça ne s'adresse clairement pas à des enfants. et ENFIN, on comprend pourquoi Ryo se prend des coups de massues : non pas parce qu'il invite une fille à manger dans un restau végétarien (comme dans le DA en version française), mais bien parce qu'il lui propose d'aller tirer un coup dans l'hotel du coin, voire même qu'il lui saute dessus dans lui demander son avis! -avec en prime, une érection plus que visible, puisqu'elle avoisine les 50cm

    Autrement plus sombre aussi. Dans l'anime, il ne tue pas les méchants, il leur frole le crâne d'une "buulêêêêêtte", mais ne les abats pas. Dans le mangas, ce sont des balles dans la tête et des cadavres qui restent après son passage. Les personnages sont plus creusés, plus torturés, Hôjô joue sur leurs vieilles blessures pour leur donner du poid et du charisme, et ça fonctionne. Et comme c'est traiter de main de maître, ça émeut beaucoup aussi!!

    Et puis City Hunter, c'est aussi un style qui tue! Des dessins à couper le souffle, qui s'améliorent au fil des volumes, pour atteindre vraiment leur appogée au volume 31. (Sur 35 ça peut paraitre léger, mais bon, faut savoir qu'ils sont d'excellente qualité avant ça, juste que là, vraiment, c'est le top du top!)

    Le fil conducteur de l'histoire, c'est bien entendu la relation et les sentiments qui se créent entre Ryo Saeba, "nettoyeur" à Tokyo, et Kaori Makimura, soeur d'Hideyuki Makimura ancien partenaire de Ryo. (Mort assassiné). Kaori est amoureuse de Ryo depuis le premier jour. Pour Ryo, c'est plus compliqué... Mais qui sait.. Peut-être leurs multiples rencontres n'étaient pas le fruit du hasard, comme le pense Kaori...

     
    ... Aller, je crois que je vais lui créer une gallerie à Tsukasa Hôjô...


  • Commentaires

    1
    Magik Marie
    Dimanche 3 Décembre 2006 à 21:31
    Vraiment, j?adoreeeee !!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :