•  
    Réalisé par Hayao Miyazaki et sorti en 2005 sur nos écrans.

    Résumé:
    Sophie a 18 ans et travaille sans relâche dans la chapellerie de son père, décédé quelques années auparavant. Lors d'une de ses sorties en ville, elle croise par hasard Hauru, un jeune sorcier fort séduisant, qui lui évite de se faire ennuyer par des soldats. Malheureusement, une sorcière les voit et, jalouse, lance une malédiction à la jeune Sophie qui se retrouve changée en vieille dame de 90ans.
    Ne pouvant plus rester chez elle, elle prend la route et va s'isoler dans les landes au dessus de la ville. Par hasard elle trouve refuge un soir dans le château Ambulant, qui n'est autre que la demeure d'Hauru.
    Elle décide de s'y faire engager incognito comme femme de ménage, et, grâce à son enthousiasme et sa volonté, va changer totalement la vie dans le château.



    L'avant dernier né de l'imagination de Hayao Miyazaki, Le Chateau Ambulant s'inscrit dans la droite lignée du Voyage de Chihiro, où l'héroïne devra s'habituer à un environnement nouveau, tout en apportant du changement et de la fraicheur dans le cœur de ceux qui l'entourent. C'est une très belle fable sur le dépassement de soi, sur la prise de responsabilités et autres actes qui font que l'on "grandit"!
    C'est aussi une magnifique histoire d'amour, qui se passe d'âge et d'apparence , sur fond de magie et de fantastique, voir même d'incongru. Parfois j'y ai trouvé des ressemblances avec Alice aux pays des merveilles, pas du tout sur les perso ou l'histoire, mais plus dans la manière de raconter le tout, c'est un peu décousu, et il n'y a finalement pas grand chose de "logique" dans le déroulement des évènements.
    Enfin tout ça n'est absolument pas péjoratif, au contraire. Miyazaki nous entraîne dans son monde sans le moindre accroc, et l'on suit les personnages sans problème, juste avec plaisir!
     
    Dans ce film c'est la guerre qui est mise en avant, dans les thèmes abordés. La guerre et ses folies, les abus de pouvoir et la volonté de certains hommes à vouloir devenir toujours plus puissants, ce qui est les conduit à leur perte. C'est aussi l'un des rares films de Miyazaki où les scènes de guerres sont autant montrées. Dans Nausicäa il ya une bataille, dans le Chateau dans le Ciel également ainsi que Mononoke, mais dans Le Chateau Ambulant elles sont sensiblement différentes. D'abord parce que ce sont des humains opposés à d'autres humains -et quand bien même il y a des sorciers parmis eux, ceux qui se font bombarder ce sont bien les habitants des villes.
    Et ensuite parce qu'on assite à de réels bombardements donc, des machines de guerres volantes qui larguent des bombes partout.
    D'un certain point de vue, Le Chateau Ambulant pourrait être le plus violent de tous les films de Miyazaki.
    Cette violence d'ailleurs qui est représentée par le personnage d'Hauru qui se perd peu à peu en elle.
    .. Mais n'en dévoilons pas trop pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu!

    Esthétiquement, c'est une merveille, les éléments en 3D sont très bien intégrés, les couleurs et les décors sont somptueux... Une fois encore Joe Hisaishi a composé une bande originale tout à fait exceptionnelle, apportant, de nouveau, une dimension supplémentaire aux images. Il a ce don, sieur Hisaishi, de nous faire "ressentir" au delà du cadre!


    Bref, une merveille de plus pour le Studio Ghibli.


    A voir absolument!

    votre commentaire
  • Cela fait un bout de temps que l'idée de cet AMV me trotte dans la tête.. Alors j'ai finalement pris le temps de le faire!

    L'idée était de rendre "hommage" (c'est un bien grand mot) à ce combat dans Naruto qui restera l'un de mes préférés.

    Alors voilà, le tout sur la musique de Clint Mansell (composée pour le film Requiem for a Dream). J'espère que ça vous plaira!

     


    votre commentaire
  •  

    Composée par John Powell, la musique de "How to Train your Dragon" est vraiment splendide. "Forbidden Friendship" en est mon morceau préféré.


    votre commentaire
  •  

    Réalisé par Hayao Miyazaki en 2001, arrivé en France en 2002.


    Résumé:
    Chihiro est une petite fille de 10 ans un peu capricieuse qui s'apprête à s'installer dans une nouvelle demeure avec ses parents. Elle n'en est vraiment pas ravie, considérant que ce déménagement la prive de tous ses amis et tout l'univers auquel elle était habituée.
    Alors qu'ils tentent de trouver la route pour les mener chez eux, le père pense prendre un raccourci et se retrouve bloqué devant un immense bâtiment rouge au milieu duquel s'enfonce un tunnel.
    Par un excès de gourmandise dans la ville fantôme qu'ils trouvent de l'autre côté, les parents se retrouvent changés en cochon, et Chihiro est livrée à elle-même dans ce nouvel univers peuplé d'esprits et de divinités. Pour sauver ses parents, elle devra faire face à la propriétaire des lieux: la terrible sorcière Yubaba.



    Encore un chef-d'oeuvre de la part du maître Miyazaki !
    Pour l'esthétisme et la technique, il est encore au dessus de Mononoke Hime .. L'animation des personnages, ou les décors sont absolument somptueux.
    C'est le premier film d'animation où il a accepté d'intégrer des éléments en 3 dimensions (principalement dans les décors), afin de gagner un peu de temps et de donner parfois un peu plus de relief sans devoir prendre 3 mois pour tout dessiner et animer. Ainsi, il nous a offert une séquence magnifique où Chihiro suit son ami Haku entre des bosquets fleuris. Les bosquets étant en 3D, il y a une belle impression de vitesse, de mouvement et de profondeur.

    La réalisation elle aussi est sublime, encore une fois devrais-je dire, et le film entraîne le spectateur dans cet univers si particulier où Chihiro doit trouver sa place et faire ses preuves. Miyazaki, en posant les bases d'un monde plus ou moins onirique, peut alors se permettre certaines fantaisies qui ne choquent jamais, qui n'étonnent jamais et ne coupent pas le film. Personnellement, à aucun moment dans le film je ne me suis dit que quelque chose n'était pas "logique". C'est incontestablement l'un des points forts de l'univers de Miyazaki je pense.
    Autant je peux trouver certains de ses films un peu longuets aujourd'hui (surtout sur les anciens) autant celui ci fait partie de ceux que je peux voir 30 fois sans m'en lasser, ni jamais lui trouver de longueurs.
    Les personnages sont tous très attachants, et comme dans n'importe lequel de ses films, il n'y a pas vraiment de méchants vraiment méchants... Ils ont tous une part de gentillesse et d'humanité au fond d'eux et ont toujours de bonnes raisons d'agir comme ils le font.
    Chihiro et son interaction avec les autres est donc très importante puisque c'est elle qui servira de déclencheur à certains changements qui feront ressortir ces bons côtés chez les uns et les autres.

    Le tout bien sûr supporté à merveille par la musique de Joe Hisaishi ... Certains moments me donnent encore des frissons et des bouffées de bonheur, même après l'avoir vu 150 fois .. C'est simplement génial


    S'il y en a parmi vous qui ne l'ont pas encore vu, il est temps de s'y mettre


    votre commentaire
  • Alors je parlais du groupe VAST dans la partie "musique", il se trouve que j'ai remis la main sur l'AMV qui m'a fait découvrir la chanson "Touched" (une de mes préférées sans conteste!). Un très bon montage avec les images de l'OAV de Kenshin le Vagabond (il ya  deux fois des images de la série, mais c'est très bref).

    Puisque je l'ai retrouvé, autant le faire partager!

     

     



    votre commentaire