• Le 18 décembre j'étais dans la salle obscure pour voir ce film sorti la veille, et voilà que je poste la review seulement une semaine plus tard.. Ahlàlà ces périodes de fêtes où nous n'avons le temps de rien..
    Alors parlons peu, mais parlons bien .. et surtout parlons cinéma!

    Que dire donc, de cette adaptation, qu'est Largo Winch, de la célèbre BD éponyme?

    J'avoue en être ressortie avec la même impression que j'ai lorsque je lis les volumes : ça pourrait être bien, mais moi perso, je m'ennuie. Bon soyons honnête, ce n'est pas une daube, et dans l'absolu le temps est passé assez vite.
    C'est assez fidèle au premier volume de la BD, on retrouve même carrément des plans similaires, ce qui est plutôt agréable. Quant au choix de Tomer Sisley dans le rôle de Largo, s'il m'avait paru un brin étrange au premier abord, finalement ça passe assez bien.
    Mais c'est la première fois que je me dis que vraiment, la réalisation laissait à désirer. Ce qui est dommage, car bien mis en scène et avec les moyens qu'ils semblaient avoir, ça aurait vraiment pu être un excellent film. Au lieu d'être un tout juste bon film.
    J'ai eu la sensation que le réalisateur avait un peu placé sa caméra au petit bonheur la chance, avec parfois des raccords plus que douteux.. (Comme une scène en particulier où sur un plan, le méchant est à 4m de l'ami du héro, et le plan suivant il a le visage collé au sien presque. .. Soit il marche très très vite, soit il y a quelque chose que je ne comprends pas
    )

    Et du coup par cette même réalisation un peu bancale, on arrive pas bien à s'attacher vraiment au personnage principal. Le souci étant dans cette histoire que si on n'est pas passionné par le sujet (
    OPA, techniques de rachat de grosses entreprises, guerres économiques..), , le seul intérêt de l'histoire c'est le personnage principal. Du coup si on y accroche pas ..........

    A voir quand même, pour les gens curieux qui voudraient lire la BD sur un écran géant!


    votre commentaire
  • Réalisé par Monsieur Megaton, et scénarisé par Luc Besson, en allant le voir je savais trèès bien que ça allait être une daube.

    ... Et bien pas de surprise. C'était effectivement une daube. Jason Statham, Robert Knepper (pour ceux qui regardent Prison Break, il s'agit de T-Bag

    ) et François Berléand jouent bien, mais ça ne suffit pas à sauver un scénario complètement incohérent, des scènes inutiles et/ou ridicules -et parfois même les deux en même temps!

    Bien évidemment je ne suis pas allée le voir en me disant que j'allais réfléchir, mais plutôt pour mettre mon cerveau en veille pendant 2h. Bon le souci c'est que non content de nous mettre le cerveau en stand-by, ça fait même régresser je dirais, tellement c'est idiot.



    Prenons le pitch du scénario : Une bande de gens peu scrupuleux kidnappent la fille (une bombe sexuelle évidemment, dont le QI est inversement proportionnel à la beauté) d'un haut ministre Ukrainien écolo pour le forcer à signer un contrat avec une entreprise méga-polluante. Jusqu'ici tout va bien, ça peut paraître logique.
    Mais les méchants, plutôt que de séquestrer la jeune fille à un endroit bien secret, préfèrent la confier à Franck Martin (Le transporteur donc) sachant que c'est un mec super balèze, qui conduit super bien et qui déteste les méchants, pour qu'il l'emmène à Bucarest.


    Alors deux questions : Pourquoi la confier à un mec qui va leur poser problème?
    Pourquoi l'emmener à Bucarest?

    Bon vous me direz : il fallait bien faire un film. Oui d'accord, mais tout de même, là c'est prendre les gens pour des cons





    Et puis ensuite tout le film n'est qu' incohérences, séquence émotion entre Franck et la belle jeune femme où sur une superbe musique de piano (qui accompagnerait normalement un enterrement) ils parlent de bouffe

    . (remarquez, si vous manquiez d'idées pour le repas, ça peut vous aider..)
    Séquence d'amour qui tombe comme un cheveux sur la soupe et où Franck se voit dans l'obligation de faire un strip-tease à la jeune femme pour récupérer les clés de sa voiture, dans un endroit désert au fin fond de l'Allemagne et où il fait vraisemblablement -12°.
    Séquence totalement inutile où ils vont voir un super hacker pour se faire enlever des bracelets qui les empêchent de s'éloigner de plus de 50m de la voiture sous peine d'exploser (oui c'est le méchant machiavélique qui a eu cette brillante idée). Le type dit pouvoir avoir accès aux plans du Pentagone, mais quand il trouve l'émetteur qui envoie le signal aux bracelets et qui est relié par un mini fil à l'allume-cigare, il décrète qu'il ne peut pas le débrancher... Alors qu'il vient d'expliquer avec des termes très techniques comment fonctionnaient ces dits bracelets...
    Et je vous épargne la suite, parce que voilà





    Non vraiment, même si c'est pour vous vider la tête, allez voir autre chose!






    votre commentaire
  • Réalisé par Kurt Wimmer, avec Christian Bale, Taye Digg, Emily Watson, Sean Bean..

    En l'an 2070, après une troisième guerre mondiale particulièrement violente, les hommes vivent en paix dans la ville de Libria. Mais cette paix a un prix : les sentiments. En effet, le gouverneur, que tous appellent "Père" a mis au point un produit qui annihile toute sensation, toute émotion. Produit que tous les citoyens doivent s'injecter quotidiennement pour ne pas retomber dans le cycle de la violence engendrée par les sensations.
    Toute forme d'art et de culture est détruite, et ceux qui refusent de prendre leur dose sont incinérés sans autre forme de procès.
    Pour accomplir cette sombre tâche, le Père a crée une unité d'élite appelé les Ecclésiastes, experts en une forme de combat destructrice. L'un d'eux, Preston verra sa vision des choses bouleversée par le décès de son collègue.


    Un excellent film (que j'avais déjà vu mais j'ai eu le plaisir de le redécouvrir en HD), malheureusement passé à la trappe car il a eu la malchance de sortir peu après Matrix et en même temps que Minority Report.. Bien qu'il n'ait pas grand chose en commun avec le dernier, il ne pouvait pas rivaliser avec cette machine commerciale qu'était le film de Spielberg.

    Pourtant, Equilibrium bénéficie d'une qualité visuelle exceptionnelle, avec une réalisation léchée sur toute la durée du film.. Des plans travaillés au millimètre,à l'esthétique irréprochable et à la netteté incroyable! Techniquement, c'est un bijou!
    Mais il n'y a pas que ça, il ya aussi l'histoire, le message délivré et le jeu des acteurs..
    Époustouflant.
    C'est un film à mi-chemin entre la science-fiction et le film intimiste, tant certaines scènes sont vibrantes d'émotions.
    Et que dire de la performance de Christian Bale.. C'est réellement un excellent acteur que je découvre ou re-découvre toujours avec beaucoup d'admiration! Et là dans Equilibrium, il est parfait. Il a su rendre le trouble de son personnage, et ses premières découvertes d'émotions sont palpables presque.

    Voilà, c'était mon coup de coeur du moment!













    votre commentaire
  • Réalisé par Philipe Lioret
    Acteurs : Amélie Laurent, Kad Merad, Julien Boisselier

    Lorsque Lili revient d'un mois en Espagne, elle découvre que son frère jumeau a disparu. Il aurait quitté la maison suite à une forte dispute avec leur père... Mais Lili sent qu'il y a anguille sous roche, car son père se ferme à toute discussion dès que le sujet de son fils est abordé. Séparée aussi abruptement de son jumeau, et sans aucunes nouvelles, elle va tomber en dépression, jusqu'au jour où elle reçoit une lettre de lui.


    On ne peut jamais trop en dire sur ce genre de film de peur de gâcher l'effet à tout le monde.. Même s'il est sorti y'a un bail et que sans doute tout le monde l'a vu! Je l'avais raté à sa sortie ciné, et il m'a fallu du temps avant de pouvoir le voir. Mais voilà chose faite, et j'ai été vraiment séduite par ce film. Et touchée aussi. Même si je ne suis pas jumelle avec mes deux frères, nous sommes très proches alors forcément, l'histoire a trouvé une résonnance ..
    La réalisation est toute en retenue et en "douceur" même si le sujet traité est bien lourd.
    Le tout soutenu par quelques morceaux du groupe Aaron (si vous ne connaissez pas, je vous invite à vous pencher sur leur musique, c'est magnifique.) qui donnent un peu plus de poids au film.

    Si comme moi vous ne l'avez toujours pas vu, n'hésitez plus.










    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires